Vêtements éco-responsables

Pourquoi les vêtements éthiques et biologiques sont-ils si chers ?

S’habiller éco-responsable, c’est non seulement fastidieux, mais aussi souvent très coûteux. Payer plus cher que chez Zara ou H&M, d’accord, mais quand je vois les étiquettes chez Ekyog ou Skunkfunk (dont l’engagement est honorable, soit dit en passant ), je suis formelle : non, tout le monde ne peut pas se payer des vêtements éthiques et écologiques à ce prix-là.
Forcément, je me suis posée cette question : les marques de mode responsable se font-elle du blé (bio) sur notre dos ? Dans son génial article « Le prix des choses », la blogueuse Coline détaille la répartition du prix de vente d’un vêtement éthique.
Ainsi, sur un sweat vendu 65€, la marque citée ne gagne qu’une quinzaine d’euros. Vu comme ça… Je ne me sens pas prise pour un dindon. Et ça me met toujours dans de meilleures dispositions pour acheter, le sentiment qu’on ne me prend pas pour un dindon.

Bref, s’il me paraît évident de faire un effort sur le prix, reste que je ne peux / veux pas mettre 150 ou 200 euros dans une robe ou un jean. Et je ne parle même pas des pseudo « basiques » informes et pas forcément de qualité vendus à ce prix-là (y compris du côté des marques bio).
Oui, parlons-en de la qualité. Car c’est rare, et un coût élevé ne la garantit même pas. J’ai eu quelques expériences très décevantes avec des marques pourtant « confectionnées avec amour » : vêtements qui se déforment ou rétrécissent au premier lavage (à froid), finitions de merde, fils qui pendent, coutures qui craquent… Quand je viens de craquer ma tirelire pour une robe à 100 euros, ça me donne juste envie d’aller foutre le feu à l’enseigne.
Alors, pour moi-même et pour ce blog (donc pour vous – cœur avec les doigts -), je me suis penchée sur le sujet :
Quelles sont les marques de mode éco-responsable et néanmoins abordable ? Où acheter des vêtements éthiques et écologiques sans y laisser un SMIC ?

Où acheter des vêtements éthiques, écologiques et abordables ?

Tout au long de l’année, nous ne cessons de recevoir des messages annonçant des promotions, des ventes privées, des soldes, des liquidations totales… La première chose à faire pour ne pas céder aux sirènes de l’achat-réflexe, c’est d’éviter toutes les tentations : déserter les magasins, les e-shop, et se désabonner de toutes les newsletters shopping.
Vient ensuite le temps des questions : mais au fait, que sais-je de ce que j’achète ? Pas grand-chose. Certes, les conditions de fabrication ne sont pas décrites sur l’étiquette… Mais reste qu’on peut s’informer aujourd’hui, et ce n’est pas joli-joli. Alors, que faire pour s’habiller (un peu plus) éco-responsable ? Quelles sont les marques respectueuses de l’environnement et de l’humain ?

Des vêtements éco-responsables en matériaux
recyclés au profit d’associations

« L’industrie du textile est le deuxième plus grand pollueur au monde, juste après l’industrie du pétrole. Et nous avons décidé d’agir! ». « Nous », c’est Paradigm Shirt, un nouveau projet de prêt à porter 100% éthique, responsable et écologique qui propose des vêtements produits de manière la plus durable possible. Avec un lancement imminent, la marque a choisi un positionnement collaboratif à l’aide d’associations dans un esprit de redistribution. Et, autant bien faire les choses, elle demande également aux futurs clients de voter pour les meilleurs designs aux propos engagés. Présentation.
Le résultat d’un ras-le-bol
L’objectif de cette start-up Paradigm Shirt (jeu de mot avec Paradigm Shift, changement de paradigme sociétal) ? Transformer l’industrie du textile en offrant une autre alternative plus propre et responsable, diffuser une volonté de changer la société au travers de visuels positifs basés sur des citations inspirantes, et, finalement, remettre l’argent entre de bonnes mains avec une part du bénéfice directement redistribué à des organisations engagées à rendre le monde meilleur.
« Après de nombreux scandales et de nombreux documentaires, on a commencé à ressentir un ras-le-bol général de ce système de consommation qui coûte cher (à la population et à la planète) et qui enrichit toujours les mêmes personnes. C’est à ce moment là que l’idée des t-shirts est apparue. C’est un vêtement “démocratique” et non genré, contrairement au costard-cravate/tailleur qui cloisonnent socialement. Mais on voulait plus que de simples et banals t-shirts blancs. Il fallait un visuel artistique fort de sens qui amène à la réflexion. Or ces t-shirts doivent aussi être “beaux” et engagés dans leur méthode de production en soutenant des technologies de production innovantes et écologiques.«
Et cette entreprise qui a décidé de « changer le monde un t-shirt à la fois » est toute jeune puisqu’elle a été créée en janvier 2017 et que le lancement de la marque est prévu pour le 5 septembre avec une campagne sur la plateforme de financement participatif Indiegogo.
Une entreprise à visée écologique et sociale
Les slogans, c’est beau, mais peut-on produire un t-shirt de manière écologique ? Dans leur volonté d’incarner le changement, les membres de Paradigm Shirt ont choisi d’utiliser des technologies drastiquement économes en eau et énergie, tout en évitant de polluer à la fabrication. Tous les t-shirts sont produits dans une petite ville japonaise où une entreprise possède les technologies idéales pour minimiser l’empreinte carbone de la fabrication. Elle garantit également une teinture sans utilisation d’eau et des conditions de travail dignes. Un choix totalement à contre-courant des grands marques (Chine/Bangladesh), le Japon étant un pays aux salaires particulièrement élevés.
Mais au delà de vouloir maitriser son impact sur l’environnement, la société souhaite également avoir des retombées positives en utilisant une matière faite à partir de plastique recyclé. Par ce procédé l’entreprise assure économiser 95% d’eau, 86% d’énergie et 84% des émissions de CO2. Précisément, pour un t-shirt produit, 5 bouteilles en plastique auront la garantie de ne pas se retrouver dans la nature. L’entreprise assure également une production 100% Vegan qui permettra d’économiser 2700L d’eau par t-shirt, jusqu’à 53% d’énergie, et 54.6% des émission de CO2.
Mais Paradigm Shirt c’est aussi 10% des ventes reversées à des associations, et d’ailleurs le graphisme de chaque t-shirt est le fruit d’une collaboration avec une association ou un collectif citoyen. Collective Evolution et le Toronto Cat Rescue, Valhalla Movement, Mankind project, Water.org (soutenu par Mr Mondialisation), Weforest, Waraka water, Peta, Mercy For animals, L214…
Et le t-shirt n’est qu’un début symbolique pour la société qui entend bien, avec le soutien de tous, grandir et proposer plus d’alternatives écologiques, une ligne entière de prêt à porter qui respecterait le même procédé de création éthique, responsable. Car pour eux, il s’agit là de prouver que la vie a davantage à offrir que l’exploitation et la consommation de masse et que la véritable force vient de l’unité et la diversité. Il est aujourd’hui possible de soutenir le projet Paradigm Shirt sur Indiegogo.
Une belle initiative que soutient avec plaisir l’équipe de Mr Mondialisation qui a participé à l’élaboration d’un graphisme (sans en tirer le moindre bénéfice) dont le message est la suivant : « Qu’est-ce qu’un océan, si ce n’est une multitude de goutes d’eau? ».

C’est quoi, la mode éco-responsable ?

Pour qu’un vêtement soit éthique et écologique, il y a – à mon sens – deux éléments importants.
D’un côté, il y a la démarche du consommateur. Depuis quelques années, j’ai abandonné la fast fashion pour des achats plus raisonnés de vêtements – même si j’ai encore une belle marge de progression – et honnêtement, je me sens mieux. C’est fou, l’énergie qu’on peut dépenser chaque matin, à se dire « il faudrait que je fasse le tri dans cette armoire ».
De l’autre côté, il y a bien sûr ce que nous proposent les marques. Quels processus et lieux de fabrication, quelles matières premières, quelle fréquence de renouvellement des collections ?
Il est souvent difficile de tous les cocher, mais voici les principaux critères d’un vêtement éco-responsable :

1. Une matière textile écologique
D’après Manon d’Happy New Green , les matières à privilégier sont :
le lyocell ou tencel (fibre synthétique, mais issue de la pulpe d’eucalyptus, dont la transformation nécessite peu d’eau et pas d’intrants chimiques)
le coton bio (qui consomme moins d’eau que le coton conventionnel),
le lin (pour un total-look BHL)
la laine (sous réserve de bonnes conditions d’élevage, difficile à vérifier…)
le chanvre (ouais le chanvre)
À l’inverse, évitez le polyester, le polyamide, la viscose, l’acrylique, l’acétate et l’élasthane, tous fabriqués à l’aide de produits chimiques toxiques.

2. Des traitements chimiques raisonnés et une économie de ressources
Un vêtement éthique et écologique n’est évidemment pas imbibé de substances néfastes comme certaines teintures ou enduits. Il n’en utilise pas non plus pour son délavage.
Pour se repérer, il existe des labels comme :
GOTS – Global Organic Textile Standard qui certifie l’origine biologique des tissus et le respect de critères sociaux au cours de leur fabrication,
Oeko-Tex qui garantit des textiles sans substances néfastes pour l’Homme ou l’environnement.
Avec ces labels, le processus de fabrication du vêtement est également économe en ressources : eau, énergie, etc. Je ne vous fais pas le couplet sur le gaspillage d’eau pour produire un vêtement ?
Le « pull du futur » par Hopaal : un nouveau vêtement fabriqué à partir de pulls recyclés.
De bonnes conditions de fabrication
Enfin, un vêtement éco-responsable est cousu à proximité de son point de vente (en France c’est l’idéal, en Europe, c’est déjà pas mal…) ET dans de bonnes conditions pour les ouvriers (qui ne peuvent donc pas être des enfants). Le label de la World Fair Trade Organization est un bon repère pour s’assurer de cette fabrication éthique.
Bon, ça fait pas mal de critères à matcher tout ça : vous comprenez mieux pourquoi j’ai commencé par vous parler de rationaliser sa consommation de vêtements !

Nous achetons bien plus de fringues que nous ne pouvons en porter, et les enseignes en sortent bien plus que nous ne pouvons en acheter. Sans compter que peu de vêtements sont recyclés. Bref, une véritable économie du prêt-à-jeter.
Cette surconsommation vient accroître :
les émissions de gaz à effet de serre,
les rejets de substances polluantes dans les eaux et les sols,
l’utilisation d’énergie et d’eau potable.
Elle cautionne également les conditions de travail cauchemardesques infligées aux ouvriers des pays en développement. On entend parler de tout ça, mais c’est comme pour l’élevage industriel : il suffit de fermer les yeux ! Ou bien de visionner des documentaires édifiants…

Shopping responsable : premier réflexe, la seconde main !
J’en parle en premier, et non en dernier sur le mode « pensez-y… » en fin d’article, car c’est vraiment une autre manière de s’habiller.
Une occasion se profile et j’ai besoin envie d’une nouvelle robe. Je n’ai pas forcément un gros budget, et conscience que je ne la remettrai pas très souvent.
Avant d’aller faire les soldes et de prendre le risque de tuer quelqu’un (j’ai un peu mal avec la foule)… Je cherche mon bonheur dans les dépôts-vente et sur les sites de vente de vêtements d’occasion.
Videdressing et Vinted permettent par exemple de s’offrir une robe Sessun, Ekyog ou ce que voulez, parfois comme neuve, à un prix nettement inférieur à ce qu’elle coûte en magasin.
Quand on est fan de certaines marques et qu’on connaît bien les modèles, il suffit d’un peu de patience pour les voir apparaître sur la plateforme à prix modiques. Ça marche aussi quand on sait exactement ce qu’on veut, grâce aux filtres qui permettent de cibler la recherche.
Les friperies et dépôts-ventes proposent aussi des vêtements d’occasion, mais beaucoup jouent sur la mode du vintage pour gonfler les prix…

L’Upcycling, un autre mot pour recycler

Il s’agit de créer des produits recyclés de meilleure qualité d’usage que les matériaux récupérés. Ainsi, dans ce terme, l’idée de créer de nouveaux objets en augmentant la qualité du produit par opposition à la façon dont on recyclait il y a 20 ans. A la fin des années 1990, on compressait, emboutissait, pour empiler dans un coin, brûler ou enfouir ce qui nous gênait, anéantissant ainsi toute possibilité de vraie valorisation…
Aujourd’hui, de plus en plus, on « déconstruit » pour réutiliser au maximum chaque élément d’un produit manufacturé hors d’usage.
Le bénéfice est pour tous : moins de déchets, de matières premières, d’énergie, de pollution et une source d’inspiration sans fin pour les artistes, les créateurs mais aussi les citoyens responsables qui voient dans cette tendance une voie de réemploi de leurs vieux objets, un style de déco ou une façon de créer son propre look.

Et comme pour tout phénomène émergent, même si ce n’est pas une nouveauté 2011, les prix de ces produits sont souvent élevés.
Vous trouverez beaucoup d’objets « upcyclés » dans la déco de la maison, les accessoires de mode (sacs en bâche pvc ou en voile de bateaux, portefeuilles en ceintures de sécurité recyclées…)
Pour le quotidien et faire des économies, osez vous-même ce type de recyclage souvent terriblement original !

Paiement via crypto monnaie
Tip Eden-ecologie with Cryptocurrency

Faire un paiement de Bitcoin a Eden-ecologie

Scan to Faire un paiement de Bitcoin a Eden-ecologie
Scannez le code QR ou copiez l/adresse ci-dessous dans votre portefeuille pour envoyer du bitcoin:

Donate Bitcoin Cash to Eden-ecologie

Scan to Donate Bitcoin Cash to Eden-ecologie
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send bitcoin:

Donate Ethereum to Eden-ecologie

Scan to Donate Ethereum to Eden-ecologie
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Ether:

Donate Litecoin to Eden-ecologie

Scan to Donate Litecoin to Eden-ecologie
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some Litecoin:

Faire un paiement Monero a Eden-ecologie

Scan to Faire un paiement Monero a  Eden-ecologie
Scannez le code QR ou copiez l/adresse ci-dessous dans votre portefeuille pour envoyer du Monero:

Donate ZCash to Eden-ecologie

Scan to Donate ZCash to Eden-ecologie
Scan the QR code or copy the address below into your wallet to send some ZCash:

Ecrire un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *